Ποιησις

La fourmi et la cigale

La fourmi ayant trimé tout l’été,
Ayant pendant de longs mois amassé
Les graines qu’il fallait pour subsister,
Fut en hiver tout à fait éreintée.
Fatiguée, lasse des joies du travail,
Blasée par ce superflu attirail,
Elle alla chez son amie la cigale
Pour trouver consolation à son mal.

« Chère amie poétesse de la nuit,
Cantatrice sous le soleil qui luit,
Je ne peux plus souffrir cette rigueur,
L’étincelle de mon âme se meurt.
Je veux me lancer dans une gageure :
Contre ma nature goûter sur l’heure
Aux plaisirs du vers, du beau et de l’art
Qui sont partout dans l’univers épars. »

La cigale ne se sent plus de joie,
Triomphe des paroles d’autrefois.

« Douce amie peu prêteuse et travailleuse,
Pour vous j’étais jadis une voleuse.
Car Carpe Diem était ma berceuse,
Vous vîtes en moi une profiteuse.
Il est vrai que je vis dans le présent,
Que j’apprécie les plaisirs de l’instant.
Point comme vous, peu me chaut le futur,
Ma vie de bohème est littérature,
Caricature, aventure, écriture.
Je crois dur à l’éclat de la culture,
Mais reste humble face à la nature
Et me soucie peu des cris du futur.
Je prévois peu, ne suis point matérielle,
Seules les injustices me rebellent.
Et vous voilà là après tout ce temps.
Vous par qui j’ai enduré maints tourments,
Souffrant la faim et le froid dans le vent
A cause de l’absence de l’argent … »

Là, la voix de la cigale se brise,
Sa conscience est fortement indécise.
Cependant, elle n’est pas rancunière,
Décide d’oublier le mal de hier.

(PRESQUE)

Narquoise, elle s’évapore dans l’air,
Fait signe de la suivre à sa compère.

Car les voies de l’art sont impénétrables,
La cigale est tout à fait redoutable.
Celui qui veut adopter l’incroyable
Doit renoncer à ce qui est palpable,
S’élancer sur les voies de l’ineffable
Et quitter sa condition préalable.

2 Comments

  1. Je lis, je relis, j’admire et je me demande: Damiano est-il cigale ou fourmi ou les deux à la fois…. Je penche pour la dernière option et -peu me chaut- il est lui-même et c’est tant mieux 🙂

    1. 😉

      Selon Maïtena, chaque être humain comporte sa part de cigale et de fourmi … Je pense qu’il y a du vrai là-dedans 🙂

      Merci pour la lecture et le commentaire!

      Nomao/Damiano

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *